Leadership et permission d’expérimenter !

Il y aura un « avant » et un « après » à la crise dû au COV 19, obligeant les entreprises et leurs équipes à se remettre en question et à s’adapter ! L’immobilisation volontaire, occuper en permanence le même lieu est du jamais-vu dans nos sociétés de flux. Toutes les décisions ont été prises au jour le jour… Dire « je ne sais pas » s’accorde mal avec « j’ai le pouvoir de » : c’est prendre le risque de se faire déborder ! La place centrale qu’ont joué les tec

hnologies numériques est spectaculaire, comme l’a démontré l’incroyable agilité avec laquelle nos sociétés ont su réinventer les manières de travailler, d’échanger et de se divertir ensemble. Il nous faut accepter d’être un peu perdus face aux technologies numériques : on ne peut donc aborder la suite qu’en faisant du « je ne sais pas, mais… » un point de départ. Le « qui » l’a emporté sur le « quoi » Que peuvent attendre nos organisations et leur leadership à l’issue de cette crise ? La confiance nécessaire à leur fonctionnement aura changé de mode. La prise de décision s’en trouve ralentie, diluée et réduite. Cette crise a démontré que plus le conseil provient « d’experts », plus cela rassure. Le « qui » l’a emporté sur le « quoi », ce qui est humain. Identifier les talents invisibles et les mobiliser Cette après crise sera également l’occasion de rééquilibrer leadership et permission. Il s’agit de créer, de maintenir et de préserver des espaces de liberté permettant à des collaborateurs de « prendre la permission » au lieu de la demander. Combinée à une grande exigence dans la qualité des projets, la démarche permet l’adhésion du management ! L’étape suivante consiste à identifier, dans l’organisation, les talents invisibles et les compétences qui ne figurent pas dans les descriptions de poste. Ces compétences doivent être mobilisées en cas de crise, sans avoir à demander la permission. Un collaborateur qui adhère déjà à la mission de l’entreprise et à sa culture est moins coûteux et plus rapide à mobiliser. La multiplication des projets qui visent à développer le plus vite possible des solutions les moins chères possible (pallier le manque de masques) est un phénomène inédit ! Ces projets nécessiteront une coopération à inventer entre ceux qui ne savent pas tout, mais itèrent très vite et en grand nombre, et la poignée de ceux qui savent tout, mais vont plus lentement. Là encore, la confiance transitive représentera un enjeu majeur, avec son inévitable pendant : la coordination des projets et surtout des egos !


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Professionnels        Particuliers        Laurent Marchal      Publications      Au fil du mois

Création du site par :